Page créée le 28/02/2024.

Marque - Référence

Piko 96592

Type

CC 25009

Masse / Courant au patinage sous 12 V

514 g ; 0,34 A

Commentaires

Je n’ai acheté cette machine, qui n’a à ma connaissance jamais circulé sur le Nord (mais peut-on dire jamais en matière de chemins de fer ?), que parce qu’elle était proposée en solde à un prix intéressant (−34%).

À la sortie de boîte, la machine est assez impressionnante, et lourde. J’ai cru un moment que la caisse était métallique…

Mention spéciale pour les pantographes MT, de meilleure apparence que les HJ, sans atteindre celle des Pennati, et qui, surtout, n’ont pas cette très laide fixation centrale qu’on trouve chez pratiquement tous les fabricants. En revanche, il semble que les ressorts ne soient pas attachés à la bonne place : ils sont accrochés aux renforts de cadre obliques, alors qu’un crochet — minuscule — semble prévu juste à côté.

Concernant les détails, les essuie-glaces sont très fins. Je remarque aussi que les optiques ont une « parabole » argentée, ce qui est très rare et fait beaucoup à mon avis pour le réalisme de la face de la machine.

Dans le sachet, je n’ai trouvé qu’un seul ensemble de pièces non raccourcies pour les traverses de tamponnement (crochet, conduites de frein, câblot de chauffage). C’est ennuyeux en particulier pour ce dernier, car il n’empêche aucunement le débattement d’un timon à élongation. Il n’y avait donc pas nécessité de mettre une pièce raccourcie par défaut.

Le respect des dimensions générales est quasi sans faute. La mécanique paraît très sérieuse. À noter que, si la A1A-A1A 68000 Roco est en fait une CC, ici, c’est le contraire ! L’essieu central de chaque bogie n’est pas moteur ; l’essieu intérieur a une roue bandagée.

Au point de vue électrique, avant rodage, le démarrage a lieu entre 3 et 3,5 V ; le courant au patinage sous 12 V est de 0,34 A, il monte à 0,74 A moteur bloqué.

Le changement de têtes d’attelage n’est pas évident ; pour ce faire, le mieux, je pense, est de démonter les boîtiers NEM (une petite vis cruciforme). Des étraves complètes, sans ouverture pour passage de l’attelage, sont présentes dans le sachet de pièces, ainsi que des marchepieds de deux largeurs différentes.

Le démontage pour installer un décodeur est très facile, par deux vis situées entre les 2e et 3e essieux. Les circuits imprimés et le câblage sont très propres.

Voir :

Modifications

  • Pose d’un décodeur ESU Lokpilot 5 DCC. Il commande les feux, les cabines et l’éclairage de la salle des machines…

Historique

Petite série de 9 machines bicourant 25 kV/50 Hz / 1,5 kV continu, construites de 1955 à 1958 par Batignolles pour la partie mécanique et Oerlikon pour la partie électrique, étudiées pour un service mixte sur les lignes de Savoie.

Caractéristiques principales (sous 25 kV) :

  • puissance continue 3 045 kW (4 320 ch) ;
  • effort de traction maxi au démarrage 23 814 daN (24,3 t) ;
  • masse 106 t ;
  • vitesse limite 100 km/h.

Ces machines étaient équipées de 6 moteurs monophasés à collecteur. Sous 25 kV, ces moteurs étaient alimentés par l’intermédiaire d’un transformateur ; sous 1500 V CC, ils l’étaient via un groupe convertisseur tournant. Alors, la puissance était réduite à 300 kW, ce qui cependant était peu gênant, car le 1500 V n’était présent qu’en gare d’Aix-les-Bains.

La CC 25009 a été livrée au dépôt d’Annemasse en octobre 1958 ; mutée à Chambéry en octobre 1972 ; radiée vers 1976.

Documents

CC 25009CC 25009

CC 25008, cliché SNCF

Cliché SNCF

Cote Réelle 1:87 Modèle
Longueur H.T. 17 250 198,3 198,2
Longueur châssis 16 060 184,6 184,3
Largeur 2 950 33,9 34,0
Hauteur 3 720 42,8 42,6
Distance pivots 9 000 103,4 103,2
Empattement bogie 4 200 48,3 48,3
Diamètre roues 1 400 16,1 16,0
D B U
1,05 14,3 1
  1. NEM : 14,5 ± 0,1

Document disponible au format PDF.
Si vous êtes intéressé(e), faites-le mois savoir par e-mail,
en précisant l’intitulé du ou des documents.
Pour les conditions, voir la page
Fiches documentaires Loco-Revue . .