Amélioration des voitures modernisées Est « Romilly » EPM (1)

Page créée le 20/08/2023 ; dernière modification le 30/08/2023.

Voiture Romilly vue de profil

Voiture Romilly EPM avant modification.

Le constat

Ces voitures sont immatriculées à l’Ouest, choix un peu curieux, car cette région n’a pas eu une grosse dotation : en 1976, on y dénombre 15 voitures en tout, loin derrière l’Est (376 voitures), le Sud-Est (131 voitures) et le Nord (75 voitures).

Ressemblances et différences avec les De Massini

Globalement, rien ne distingue ces voitures des De Massini sorties il y a plusieurs années, à part le fait que les bogies, les tampons et les plateformes d’intercirculation sont cette fois peints en gris et non en matière brute translucide. Les fenêtres sont bien affleurantes. Le haut de caisse, à la jonction du toit, est toujours quelque peu ondulé, car il n’y a aucun renfort.

Il y a pléthore de pièces détachées. Attention : les câblots de rechange sont les anciennes pièces, moins détaillées que celles qui sont montées, et translucides.

Assortiment de pièces détachées

Bogies

Les bogies, clipsés dans le châssis, sont un peu durs à démonter. Roulement très bon, sauf pour un bogie parmi les six, qui roulait mal. Cause probable : les paliers mal enfoncés. Remède : enlever 0,2 mm aux pointes d’axes.

Bogie démonté

La prise de courant se fait par demi essieux isolés et flancs conducteurs. Des lamelles sous châssis frottent sur la partie horizontale des flancs. Elles font ressort, ce qui soulève les voitures qui ne reposent donc pas sur des appuis pourtant prévus. Il en résulte que la hauteur prend 0,5 mm de plus que sur les De Massini.

Vue sous le châssis avec bogie démonté

Les roues ne sont pas brunies.

Éclairage

La grande nouveauté est l’éclairage, dont je me serais bien passé, car il augmente le prix, alors que j’ai conçu des réglettes adaptées pour mes De Massini.

La réglette d’éclairage est verte (le blanc aurait été préférable), avec prise décodeur 6 broches NEM 651 et deux commutateurs à glissière : S1 pour les fanaux, S2 pour l’éclairage. Un réglage d’intensité lumineuse est prévu, par résistance ajustable.

Un condensateur 220 µF / 25 V assure — faiblement — la réserve d’énergie en cas de coupure d’alimentation. Cette réserve est de l’ordre de la demi seconde, alors qu’avec mon circuit (certes uniquement prévu pour le DCC), elle est au moins quatre fois plus longue.

Sur la face interne, les LED sont encadrées par des petits morceaux de mousse noire, peut-être pour empêcher la diffusion latérale de la lumière, mais ça fait un peu bricolage. Il y a une LED par compartiment, par plateforme et aussi dans les toilettes, cette dernière étant un peu inutile car le condensateur s’oppose au passage de la lumière.

La consommation de courant sous 12 V CC est de 7,2 à 7,5 mA selon que les fanaux sont ou non allumés.

Vue sur le dessous de la réglette d’éclairage

On voit bien sur la photo suivante les commutateurs d’éclairage, ainsi que la prise pour décodeur à six broches.

Vue sur le dessus de la réglette d’éclairage

Aménagement intérieur

Le sol est gris foncé, les banquettes de type autorail sont gris clair. Il me semble qu’elles étaient plutôt vertes en réalité, chose confirmée dans l’article de Correspondances ferroviaires no 26, p. 21.

Les poignées de maintien ne sont pas argentées. Il n’y a pas d’évocation des portes à hublot sur les cloisons d’extrémité.

Amélioration électrique

Je commence par l’amélioration électrique, car c’est très facile : il suffit de souder des ILS bistables en parallèle avec les commutateurs, lesquels seront bien sûr mis en position ouverte.

Pose des ILS sur la mixte fourgon B5Dt

Cette voiture est la seule qui nécessite deux interrupteurs. Avec du flux électronique pour faciliter la chose, je dépose une goutte d’étain sur les pattes concernées des commutateurs. Le commun positif est sur la patte de droite. Les fils jaune et bleu allant vers l’ILS des fanaux sont soudés.

Soudage des fils d’un ILS

Note : la réglette n’a pas été démontée. Une protection par plaque d’aluminium est intercalée entre celle-ci et la caisse.

À l’extrémité côté fanaux, l’ILS est soudé, les soudures protégées par de la gaine thermorétractable. L’ILS est collé sur du double-face Fischer, très efficace.

ILS de commande des fanaux

De même, l’ILS de commande d’éclairage est installé au centre de la voiture, en parallèle avec S2 (fils bleu et vert).

ILS de commande de l’éclairage

Amincissement des lamelles de prise de courant

Comme on l'a vu ci-dessus, les lamelles de prise de courant entre bogie et châssis font ressort et relèvent la caisse par rapport aux voitures De Massini. Ce n’est pas trop gênant au point de vue esthétique, car cela entre dans les tolérances de hauteur des voitures réelles. L’ennui est surtout que le système de portée en trois points devient inopérant.

Quatre solutions sont envisageables :

  1. lester les voitures. Cela semble compliqué car nécessitant un démontage. Et reste-t-il de la place pour cela ?
  2. remplacer ces lamelles par des fils souples soudés de part et d’autre. L’inconvénient est d’empêcher ou plutôt de compliquer le démontage des bogies. L’avantage sera le meilleur contact électrique ;
  3. amincir les lamelles pour les rendre plus souples ;
  4. les remplacer par des fils métalliques de bronze ou de maillechort très fins (⌀ 0,2 a priori), donc très souples. Cela nécessitera une soudure risquée car les lamelles sont serties sur le châssis en plastique.

J’ai essayé la 3e solution : amincir les lamelles. Attention : il faut absolument des ciseaux très fins (Xuron). Et même avec ceux-ci, on n’évite pas forcément de tordre les lamelles sans parvenir à les couper. Je les coupe à peu près en deux — dans le sens de la longueur, bien sûr. En voici deux bien réussies. Par pudeur, je ne vous en montre pas d’autres moins jolies…

Réduction de largeur des lamelles de contact

À l’arrière-plan, voiture intacte.

Après remise en forme éventuelle, je fais deux vérifications, une électrique et une mécanique.

Coupons de voie isolés

Test de la continuité électrique

Vérification de la hauteur

Cliquez sur l’image pour zoomer.

La voiture intacte est à droite. Non seulement elle est plus haute, mais, plus ennuyeux, elle est manifestement penchée latéralement. Voyez les mains courantes qui vont faire l’objet de la page suivante.

Vérification de la hauteur, voiture intacte appuyée manuellement

Maintenant, j’appuie sur la voiture de droite pour l’appliquer sur ses portées (les extrémités photographiées sont toutes deux équipées de portées en deux points). Cette fois, elle est à la même hauteur que sa voisine et nettement moins bancale. J’espère que je vous aurai convaincu de l’intérêt de l’opération.

Gaine thermorétractable 2:1
diamètre après rétreint 0,8 mm ; longueur 2 m
2,99 € pièce, port gratuit, prix 2023
chez NetElectroShop sur ebay

Adhésif double face épais transparent
Fischer, largeur 19 mm, longueur 3 m
14,34 € + port 2.99 €, prix 2023
sur ebay