Amélioration des feux de la A1A A1A 68050 Roco

Page créée le 29/03/2024.

BB 16007 vue de profil

A1A A1A 68050.

Constat

La dernière A1A A1A 68000 de Roco sortie fin 2023 utilise enfin des LED, mais toujours dans l’esprit des anciennes lampes à incandescence : source unique, guides de lumière multiples. Il faut quand même reconnaître un avantage à cette disposition : il n’y a aucune liaison électrique entre le châssis et la caisse. En revanche, la luminosité est vraiment faible à la sortie.

De plus, il y a un déséquilibre entre la droite et la gauche, dû aux guides de lumière de longueur inégale et à la position des LED, non centrées.

L’examen des circuits montre que toutes les résistances sont de 4,7 kΩ. Les LED ont une tension directe VF comprise entre 2 et 2,5 V pour les blanches, plus proche de 1,5 V pour les rouges. Le courant par LED est de l’ordre de 2,5 mA.

Pour essayer de corriger la faiblesse des feux, je vais remplacer les résistances de 4,7 kΩ par des 2,2 kΩ. Ce sont des résistances CMS en boîtier 0603, soit 1,6 × 0,8 mm, donc pas faciles à manipuler ni à souder.

De plus, j’ai claqué la LED H2 avant en testant les tensions aux bornes des résistances, dans le but de déterminer le courant dans les LED. Explication : les résistances R1 et R2 sont tête-bêche. Il a suffi que la sonde du multimètre dérape pour court-circuiter la résistance R2 et appliquer ainsi la pleine tension à la LED H2. Voir repérage des composants ci-dessous.

Décryptage des circuits

Circuit des feux

Pour faciliter la description, j’ai repéré les différents composants. Les résistances portent le même numéro que les LED auxquelles elles sont connectées.

Remarques :

  • L’avant de la machine est vers le haut sur la photo.
  • Légende
    H1 : LED rouge
    H2 : LED des feux blancs, sous le circuit
    H3 : LED du 3e feu frontal
    H4 : LED de cabine.

Circuit d’éclairage avant

Attention : la couleur des fils de raccordement n’est pas la même à chaque extrémité.

Schéma de raccordement

Cliquez sur le dessin pour zoomer sur le circuit d’éclairage.
Les traits interrompus représentent les pistes situées sous le CI.

NB : les pastilles C+ et C– sont reliées respectivement aux broches V+ et GND du décodeur. On pourra donc y connecter une réserve d’énergie.

Relevé du schéma électrique

Schéma électrique

Ce schéma explique pourquoi le 3e feu s’allume par défaut avec les feux blancs et s’éteint par action sur une touche de fonction. En effet, lorsque la borne A2 / A1 est activée (mise à la masse), mais pas A5 / A6, les deux LED H2 et H3 s’allument en même temps, car elles sont branchées en parallèle. Si alors on active A5 / A6, la LED H3 est soumise à une tension nulle, mise à la masse des deux côtés, et s’éteint.

C’est la raison pour laquelle j’ai écrit NON 3e FEU sur la borne A5 / A6, pour faire référence à la négation logique : le 3e feu est allumé si la touche de commande n’est pas actionnée.

La résistance R3 est constamment parcourue par un courant qui passe soit par H3, soit directement par A5 / A6. Certes, ce courant est faible, mais ce n’est pas très satisfaisant.

Il aurait été plus simple de faire le schéma suivant, dans lequel le 3e feu est indépendant des autres.

Schéma électrique préférable

Une explication possible du choix de Roco est qu’en bons Germaniques — même si pas Allemands —, les concepteurs ont pensé que le 3e feu, imposé au début par la DB, devait être allumé par défaut. Ce serait évidemment une erreur d’appréciation.

Changement de LED et de résistances

Changement de la LED H2

Le dessoudage et le ressoudage sont faits à l’air chaud. Pour éviter le déplacement du composant, il est maintenu par des brucelles croisées.

À gauche, la LED d’origine dessoudée.

Cliquez sur la photo pour zoomer.

Soudage de la LED

Aspect des soudures : elles peuvent paraître trop grosses, mais il faut comprendre que la LED de remplacement est un modèle prévu pour se monter à plat. Or ici, il est monté perpendiculairement à la carte.

Cliquez sur la photo pour zoomer.

Aspect des soudures de la LED

Vue de face.

Vue de face de la LED

Remplacement des résistances R1 et R2

J’ai voulu les dessouder à l’air chaud. La première est bien partie, la 2e a refusé obstinément. J’avais « protégé » les autres composants avec des pinces à ressort, mais, avec l’excès de chauffage, la LED H3 s’est aplatie ; elle fonctionne encore !

Dessoudage des résistances

Les fils laissés branchés ont eux aussi souffert ; je les ai donc remplacés. Finalement, j’ai soudé les nouvelles résistances au fer : une extrémité, puis l’autre, puis renfort avec un peu de pâte à souder. On voit que cette dernière a créé des micro-billes, signe d’un chauffage trop brutal.

Aspect des soudures des résistances

Résultats

Comparaisons avant (à gauche, cabine 2) – après (à droite, cabine 1). Concernant la luminosité, pour les blancs, l’amélioration est assez nette même si elle n’est pas spectaculaire. On voit bien le déséquilibre sur la face non modifiée.

Comparaison de l’intensité des feux blancs

Pour les rouges, c’est peu visible, même si ça l’est plus en réalité que sur la photo. Des LED dans les feux seraient bien préférables.

Comparaison de l’intensité des feux rouges