Amélioration du fourgon Nord Rapide LS Models (2)

Page créée le 27/09/2023.

Améliorations esthétiques

Je vais installer :

Installation d’un soufflet replié

L’échange des soufflets est rapide, car ils ne sont pas collés. L’ennui vient de la passerelle, qu’il faut retirer du soufflet déplié pour l’installer sur l’autre. Pour l’extraire ou la remettre, il faut la déformer de façon assez brutale. En l’état, il est quasi impossible de la remonter. J’ai dû agrandir les trous à ø 0,9 pour y parvenir. Il est clair qu’on ne pourra pas faire cette manœuvre à chaque fois que l’on changera de soufflet. Il suffira donc de laisser la passerelle collée à demeure sur la porte d’intercirculation (ce que j’avais fait au début), ou, mieux, la laisser sur le soufflet replié (merci Renaud – Renato).

Concernant les suspentes, elles ne sont pas collées et s’échangent facilement, à condition de posséder les pièces des Rapide Nord, bien sûr.

Installation de câblots de chauffage

Ces câblots proviennent eux aussi des Rapide Nord. Où les monter, aucun emplacement n’étant prévu ? Notons au passage qu’ils figurent bien sur la notice du fourgon !

Extrait de la notice LS Models

À propos de cette notice, on notera le peu de soin apporté à sa présentation, ainsi que la photo de la réglette qui est celle des voitures Romilly EPM, avec deux interrupteurs et non trois !

Il faut choisir : laisser le porte-lanterne, ou monter le câblot à sa place. Reste une petite difficulté : le trou de fixation est un carré de 0,8 mm de côté ; le câblot a un tenon carré aussi, mais de 1 mm. Comme je ne veux pas intervenir sur la caisse, je réduis le tenon à la lime fine. J’en ai ainsi cassé un ; heureusement que les pièces de remplacement pour les Rapide Nord sont nombreuses, au contraire de ce fourgon ! Le porte-lanterne se laisse extraire facilement. Ce n’est pas le cas des porte-signaux de mi-hauteur, dont les tenons se sont cassés et sont donc restés dans la caisse.

Aspects mécaniques

Adoucissement des clips du toit

Vu la difficulté de refermer le toit, j’ai limé l’intérieur des clips du toit pour adoucir leur pente. La difficulté est ici de faire cela sans rayer la peinture ou détériorer le bord. De cette façon, refermer le toit devient plus facile.

J’ai remarqué qu’il est plus efficace de procéder comme suit :

Démontage du châssis

L’équipement des fanaux que l’on verra plus loin nécessite de séparer la caisse du châssis. C’est assez facile, en utilisant des cartes plastiques insérées entre les deux. Il faut seulement faire attention aux anneaux d’amarrage fragiles et exposés (cercles jaunes).

Le châssis est emprisonné entre de petites butées et de petits ergots (cercle rouge). Pour le sortir, il faut faire levier au-dessus des tampons, bien qu’il n’y ait pas d’ergot à ces endroits.

Fourgon démonté

Profitons-en pour adoucir aussi les clips des axes de bogies, qui sont extrêmement difficiles à extraire. La meilleure manière d’y parvenir est d’insérer une paire de brucelles entre châssis et bogie (merci Eric), par l’avant, en prenant soin de ne pas tordre les lamelles de prise de courant. Le pivotement des bogies étant un peu dur, j’ai réalésé les trous d’axes avec un foret de 4 mm. Cela n’enlève pratiquement aucune matière, mais ça améliore les choses.

Remarque : pour extraire les bogies, j’avais pensé à intervenir par l’intérieur, comme sur les Express Nord, mais c’est à première vue impossible, car l’aménagement intérieur, semble-t-il collé sur le châssis, empêche d’y accéder.